In collaborazione con I Tre Re

SI PROCHE…SI LOIN

Une maison de charme, une demeure médiévale aux caractéristiques uniques située dans un paysage très pittoresque. Rejoindre la Locanda San Leone signifie se plonger dans l’histoire, une sensation qui rend cette petite bourgade extraordinaire. Elle se trouve au cœur du Montefeltro, entre des collines et des vallées sillonnées par le temps et les témoignages du passé. Il suffit d’ailleurs de lever les yeux pour apercevoir les remparts du château de San Leo et sa forteresse. Ou encore de se nbalader un petit peu pour découvrir un autre trésor : le couvent de Sant’Igne.

Mais la Locanda San Leone représente elle-même une tranche d’histoire.

Les premiers bâtiments remontent au XIII siècle. C’est à cette époque que l’ensemble commence à devenir une petite bourgade blottie autour du moulin, ancien atelier au service du Duché de Urbino et dernier avant-poste à côté du domaine des Malatesta, Seigneurs de Rimini.

La Locanda a traversé des siècles pour aller à la rencontre de l’actuel propriétaire Giancarlo Pianini Mazzucchetti, un vrai countryman qui adore la campagne et qui s’est consacré à ces lieux pour le charme qu’ils exercent et le paysage unique. Cette passion et cet amour ont donné naissance a une magnifique restauration tout en respectant les témoignages du passé. Et l’on retrouve ce même esprit parmi les murs de l’ancien moulin qui remplit encore ses fonctions d’autrefois: par exemple on y développe l’énergie électrique de la Locanda, ce qui répond parfaitement aux critères les plus actuels de respect de l’environnement et de choix responsables.

« Nous avons laissé cet endroit intact en l’intégrant avec des solutions contemporaines appliquées juste dans les cas où on était certains qu’elles en auraient augmenté les aspects fonctionnels de l’auberge, sans en entamer l’esprit ».

La Locanda San Leone représente une vraie demeure de charme qui est passée à travers le Moyen Age et la Renaissance pour arriver à nous charmer et nous provoquer un véritable ‘coup de cœur’.